35ème anniversaire de l’Alliance Française de Tamatave : Intervention de Jean-Marc CHATAIGNER, Ambassadeur de France (23.10.2010)

Tamatave, le 23 octobre 2010


Mesdames et Messieurs,

Je suis particulièrement heureux de pouvoir vous rencontrer aujourd’hui dans le cadre de ce 35ème anniversaire de l’Alliance Française de Tamatave. Cette date coïncide avec celles du Sommet de la Francophonie qui a lieu à Montreux en Suisse du 22 au 24 octobre.

L’Alliance Française de Tamatave fête ses 35 ans en 2010 alors que Madagascar célèbre le cinquantième anniversaire de son Indépendance. Sous la coordination de la Délégation Générale de l’Alliance Française à Madagascar, elle s’est associée au même titre que les 29 autres Alliances du pays à de nombreuses manifestations culturelles marquant ce demi-siècle d’Indépendance tout au long de l’année.

JPEG - 131.5 ko
Jean-Marc CHATAIGNER, Ambassadeur de France, lors de son intervention à l’occasion du 35ème anniversaire de l’Alliance Française de Tamatave

Je ne vous ferai pas l’injure de vous rappeler l’historique de cette vieille dame de 127 ans, l’Alliance Française, née en 1883, sous la forme d’une « Association nationale pour la propagation de la langue française dans les colonies et à l’étranger », sous l’égide de l’Ambassadeur Paul Cambon et de Pierre Foncin. En 1884, le 10 mars, le Conseil d’Administration de l’Alliance Française de Paris est installé. Il compte des noms illustres : Ferdinand de Lesseps, Louis Pasteur, Ernest Renan, Jules Verne, Armand Colin… Barcelone accueille la première Alliance Française en Europe. L’Espagne verra son réseau s’étendre très rapidement. Le continent africain est également au rendez-vous, avec une Alliance au Sénégal. L’Ile Maurice suit la même année. A l’initiative d’un groupe d’amis, une Alliance Française voit le jour à Mexico.

L’Alliance Française a traversé des moments particulièrement tragiques de notre histoire commune. Ainsi, en 1940, les archives de l’Alliance Française sont emportées à Berlin par les nazis qui projettent « la destruction des instruments de propagation de langue française et notamment l’Alliance Française ». En 1943, à l’occasion du 60ème anniversaire, le Général de Gaulle prononce à Alger un discours historique, où il réaffirme la vocation de l’Alliance. Le 2 décembre 1958, lors du 75ème anniversaire de l’Alliance Française, le Général de Gaulle déclare même, ce qui est pour moi une devise d’actualité : « on ne résiste pas à l’Alliance Française ».

L’Alliance Française de Tamatave a, quant à elle, 35 années d’existence. L’association a été fondée par Yvette Sylla, puis très marquée, durant un mandat de 20 ans, par la longue présidence du Docteur Pierre Narove. Sept présidents et près de cinquante membres de comité différents se sont succédés bénévolement pour faire vivre cette association de droit local durant les 35 dernières années. Deux directeurs vivent encore à Tamatave (Raymond Bouisseau, à qui l’Alliance Française doit beaucoup, et Pierre Dufloux).

L’Alliance Française de Tamatave a eu une riche histoire avec ses hauts et ses bas. Elle a su progressivement affirmer sa place en dépit d’un contexte parfois hostile. La création de l’Alliance Française de Tamatave répondait à une nécessité : celle d’assurer de manière officielle un enseignement de la langue et de la culture française, en se substituant à ce qui était de 1967 à 1975 une association bénévole logée dans les locaux de la mairie, et dont le nombre d’adhérents fluctuait entre 500 et 800 personnes. Le pari de l’institutionnalisation était fait sur la demande potentielle exprimée par le public tamatavien d’un institut fonctionnel, autonome, professionalisé, susceptible de fournir un enseignement soutenu et reconnu. En décembre 1990, l’Alliance Française a aménagé dans les magnifiques locaux actuels, la Villa Bang, dans lesquels nous nous trouvons. L’échec de la construction d’une salle de spectacle ne l’a pas empêchée dans les années suivantes de connaître un développement significatif.

L’Alliance Française de Tamatave a notamment réussi, et je m’en réjouis tout particulièrement, son implantation locale. « Organisme de coopération bilatérale », elle a achèvé sa mue et elle est devenue « moralement » une association malgache, reconnue comme un partenaire essentiel, que ce soit avec les institutions officielles (autorités publiques provinciales, municipales, administratives, académiques, militaires, etc…) ou avec les opérateurs économiques. Les années 2000 sont d’ailleurs celles du renouveau avec des augmentations régulières du nombre d’étudiants inscrits (1393 en 2006, 1947 en 2009) et d’adhérents (2872 en 2006, 3558 en 2009).

Vous êtes donc l’instrument privilégié d’une diversité culturelle en action. Comme le rappelle avec juste raison Dominique Wolton dans son ouvrage « Demain, la Francophonie » : « il y a deux issues à la mondialisation : soit une emprise économique croissante dont la guerre des civilisations pourrait être une des issues fatales. Soit une prise en compte de la diversité culturelle si encombrante mais si nécessaire comme seul moyen d’équilibrer les limites de la rationalisation économique ».

L’Alliance Française est un exemple réussi d’outil servant la protection et la promotion de la diversité culturelle. A Tamatave, elle est le lieu de convergence naturelle des populations françaises et malgaches prêtes à s’intéresser et à rencontrer l’autre. « Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui », nous rappelle Montaigne dans ses Essais. Pour ceux qui n’ont pas les moyens de voyager, il y a l’Alliance Française qui est une ouverture sur le monde…

L’Alliance Française est le principal centre de langue de Tamatave. Elle est une institution professionalisée pour les parents qui y voient un moyen nécessaire et efficace de parfaire l’éducation de leurs enfants. L’apprentissage de la langue française se fait sous toutes ses formes, mais on apprend aussi, et je pense que c’est au cœur de la vocation de l’Alliance Française, la langue malgache. Le plurilinguisme peut et doit permettre à tous les hommes de défendre leurs droits et d’affirmer leur dignité. Je veux ici relever le rôle crucial des enseignants de français de nationalité malgache : ils sont au carrefour des deux langues et des deux cultures. Nous ne pouvons que vous remercier pour cette action exceptionnelle.

L’Alliance Française est le principal centre culturel de Tamatave. A l’initiative des manifestations culturelle marquantes de l’année (Semaine de la Francophonie, Journée Mondiale de la Danse, Fête de la Musique, Madajazzcar, Un Monde à Lire, Festival Mitsaka), elle est un passage presque obligé pour tous les artistes de Tamatave (galerie d’exposition, salle de spectacle, salle de création artistique, formations régulières, concours fréquents, etc…). L’Alliance Française fait largement plus pour les artistes malgaches que pour leurs homologues français !

En guise de conclusion, je voudrai souligner que si l’Alliance Française demeure largement soutenue par le Ministère francais des Affaires Etrangères et Européennes , elle suit désormais le modèle économique d’une association indépendante ayant vocation à devenir autonome. La gestion rigoureuse et réactive qu’un tel modèle implique lui confère une base économique saine, condition sine qua non d’un avenir pérenne. En faisant à la mesure de ses moyens, elle renvoie dès lors une image exacte de la valeur que prend la francophonie dans votre ville.

Vive l’Alliance Française de Tamatave ! Vive Tamatave ! Vive la Francophonie !

PDF - 107.2 ko
Télécharger le discours au format PDF
Intervention de Jean-Marc CHATAIGNER, Ambassadeur de France, à l’occasion du 35ème anniversaire de l’Alliance Française de Tamatave. (PDF - 107.2 ko)

Dernière modification : 03/06/2011

Haut de page