Situation humanitaire à Madagascar

L’aide humanitaire française s’organise en étroite relation avec les représentants du monde associatif et les administrations concernées autour de plusieurs priorités : répondre aux besoins des populations en situation d’urgence critique : renforcer les capacités locales en matière humanitaire, proposer et mettre en œuvre des actions de prévention afin de consolider la résilience des populations et enfin, réévaluer périodiquement la pertinence des choix opérés en matière humanitaire.

Un contexte toujours préoccupant

Selon le rapport 2015 sur l’indice de développement humain du PNUD, Madagascar occupe le 154ème rang sur 188 pays figurant dans ce classement. Son indice de développement humain (IDH) demeure l’un des plus faibles au monde.

Une part majeure de la population se situe en-dessous du minimum d’exigence calorique alimentaire de 2133 kcal/jour/personne, tandis qu’un quart de la population - soit cinq millions de personnes - vit dans des zones exposées aux catastrophes naturelles fréquentes. Celles-ci représentent, en raison de leur impact négatif sur l’agriculture, une menace majeure pour la sécurité alimentaire à l’heure où le changement climatique exacerbe ces risques et accroît davantage la vulnérabilité des ménages.

La malnutrition chronique touche la moitié des enfants

Madagascar enregistre l’un des taux de retard de croissance les plus élevés au monde : 47,3 % des enfants de moins de 5 ans sont touchés par la malnutrition.

Parmi les facteurs en cause figurent les pratiques inadéquates d’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, l’insécurité alimentaire, les maladies récurrentes aggravées par les problèmes d’accès aux services de santé et le pouvoir décisionnel limité des femmes en termes d’utilisation des revenus du ménage. Le retard de croissance a des impacts négatifs sur le développement physique et cognitif de l’enfant et hypothèque le développement futur du pays.

Les catastrophes naturelles accentuent l’insécurité alimentaire

Suite à la sècheresse provoquée par El Niño, près de 1,14 million de personnes au Sud de Madagascar souffre actuellement d’insécurité alimentaire, dont 665 000 se trouvent en situation d’insécurité alimentaire sévère. Cette situation a été déclenchée par une baisse significative de la production alimentaire au cours des trois dernières saisons agricoles, en raison des précipitations erratiques depuis 2012 et d’une forte sécheresse. Une très grande partie de la population présente des carences qualitatives et quantitatives graves tandis que de nouveaux ménages en situation d’insécurité alimentaire légère ou modérée risquent de basculer progressivement vers une situation d’urgence.

Une réponse aux crises appuyée par la France

Madagascar doit organiser une réponse adaptée à deux types de défis :

  • des catastrophes conjoncturelles : répondre dans l’urgence aux dégâts causés par les cyclones ;
  • une situation endémique de crise alimentaire dans les régions méridionales et orientales du pays aggravée par les catastrophes conjoncturelles.

Dernière modification : 26/09/2016

Haut de page