Allocution du conseiller de presse de l’ambassade de France à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai 2012).

Allocution du conseiller de presse de l’ambassade de France à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai 2012).

"Mesdames, messieurs,

C’est au nom des différents partenaires du Centre de presse malagasy (le WWF qui accueille ce centre, les Nations Unies, la Banque mondiale, et l’ambassade des Etats-Unis) que je prends la parole aujourd’hui à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse.

L’actualité récente montre, s’il en était besoin, l’importance d’une telle journée qui vise à rappeler le caractère crucial que revêt la liberté de la presse dans un Etat de droit. Les exemples d’entraves à la liberté de la presse sont malheureusement nombreux.
Ainsi, trois journalistes et photographes français sont morts au cours des derniers mois en reportage en Tunisie et en Syrie. Cette journée est aussi l’occasion pour moi de rappeler la forte mobilisation de la France, à Paris et à Bogota, pour obtenir la libération de Roméo Langlois de France 24, retenu en Colombie depuis samedi.
L’an passé, selon les chiffres de Reporters Sans Frontières, ce sont près de 66 journalistes qui ont été tués, tandis qu’un millier d’entre eux étaient arrêtés et emprisonnés.
Cette journée est forte en symbole car elle permet de rendre hommage à tous ces journalistes qui payent de leur vie ou de leur liberté l’exercice d’un métier souvent dangereux, au service de la recherche de la vérité, dans des pays déchirés par des conflits violents ou tenus par des dictateurs.
Il nous faut saluer le courage de tous ceux qui, partout dans le monde, défendent au péril de leur vie ce droit fondamental qu’est la liberté de la presse et la liberté d’expression, alors que les atteintes à ce droit, universel, essentiel, persistent dans de nombreux pays.
Le libre exercice du métier de journaliste constitue une priorité dans notre politique de défense des droits de l’Homme. La France a depuis longtemps défendu cette liberté fondamentale, prévue dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, et rappeler dans la loi de 1881. Chacun voit en effet que le premier réflexe des ennemis de la liberté, c’est de bâillonner la presse, que les premiers alliés des combattants pour la liberté, ce sont des medias libres. La France est à cet égard particulièrement vigilante pour la liberté du cyber espace.
C’est pour cette raison que le gouvernement français soutient toutes les initiatives allant dans le sens d’un développement de cette liberté. Ce centre de presse est un exemple de l’action que nous entendons mener, modeste, c’est vrai mais utile et je souhaite qu’avec tous nos partenaires nous puissions apporter notre pierre au développement de ce secteur à Madagascar.
Je ne doute pas que le programme qui a été proposé par les responsables du centre de presse va dans le sens de la promotion du métier de journaliste en mettant le débat démocratique et la diffusion d’une information sure au cœur de ce métier.
Je vous remercie."

Dernière modification : 07/05/2012

Haut de page