Célébration du 11 novembre (novembre 2011)

Monsieur le Ministre des Forces Armées,
Monsieur le représentant du Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie Nationale,
Messieurs les Ambassadeurs et chargés d’Affaires,
Messieurs les Conseillers élus des Français
Monsieur le représentant du Président de Délégation Spéciale de la commune urbaine d’Antananarivo,
Monsieur le représentant du Général, Commandant la Gendarmerie Nationale,
Monsieur le représentant du Général, Chef de l’Etat-Major Général de l’armée malagasy,
Messieurs les Officiers Généraux,
Messieurs les Officiers et Sous-officiers,
Messieurs les présidents d’association d’anciens combattants,
Tompokolahy, Tompokovavy, Ry Mpiara Mtoulna,

Tonga Soa Eto Amny Residence de France, Faly Manjai Anareo,

Cette année encore, il me revient l’insigne honneur, en tant qu’Ambassadeur de France, de prononcer ce discours à l’occasion des commémorations du 11 novembre.
Avant tout, permettez-moi de vous remercier d’avoir répondu aussi nombreux à cette invitation et de m’incliner une nouvelle fois devant les drapeaux de vos associations. A ce titre, la cérémonie officielle, empreinte d’émotion que nous venons de vivre ce matin au monument aux morts du lac Anosy m’a permis d’être une nouvelle fois au contact de la communauté des Anciens Combattants, malgaches et français retraités et retirés sur la Grande Ile. Je souhaite rendre particulièrement hommage à tous nos anciens, en particulier ceux présents parmi nous aujourd’hui, ceux aussi qui se dévouent pour transmettre l’héritage, pour leur importante contribution chacun dans leur domaine à la conservation de la mémoire. Sans histoire, il nous est, en effet, impossible de

construire le futur. Ce 11 novembre entend alors
rendre hommage à tous les combattants de la France en vue d’une reconnaissance nationale de leur engagement et de leur sens du sacrifice
Je voudrai aussi pour commencer avoir une pensée pour nos morts :
Tout d’abord, pour tous ceux qui nous ont quittés cette année en particulier M. Claude Tournebise président des anciens combattants français à Madagascar.
Ensuite, j’ai une pensée aussi pour tous les soldats « morts pour la France » en opérations. Dont certains français par le sang versé (de la Légion Etrangère). Avec plus de 10 000 militaires engagés simultanément dans une vingtaine d’opérations extérieures, la France est aujourd’hui l’un des pays les plus impliqués dans les opérations internationales de gestion de crises, au 1er rang dans la défense des valeurs universelles.

Je peux mesurer au travers de votre présence ici à la résidence de France votre fidélité à la Patrie française, à la Patrie malgache et à nos valeurs communes. Je veux aussi vous témoigner, une nouvelle fois, mon estime et ma reconnaissance pour les services que vous avez rendus sous le drapeau français dans des périodes marquantes et difficiles de notre histoire partagée. Les ambassadeurs de Russie, du Sénégal, les chargés d’affaires des Etats-Unis et d’Allemagne, le Consul du Royaume-Uni présents à mes côtés, ce matin au lac Anosy et ici à la résidence de France, témoignent de ce devoir impérieux de mémoire que nous devons à celles et ceux qui se sont battus pour le triomphe de la démocratie et la défense de nos libertés.
Vous le savez, cette journée du Souvenir français et des Anciens Combattants commémore le 93° anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918,
marquant la fin de la première guerre mondiale. Ces cérémonies partout dans le monde sont aussi et avant tout l’occasion de rendre un hommage solennel aux combattants et résistants de toutes les guerres tombés au champ d’honneur, auxquels il convient d’associer les blessés, les mutilés, les prisonniers de guerre, les veuves, les orphelins et toutes les victimes civiles. Nos pensées vont plus particulièrement vers tous ceux et toutes celles qui ont souffert dans leur corps et dans leur âme de ces conflits, auxquels nous exprimons notre respect et notre affection.
Lors des deux conflits mondiaux comme à d’autres moments de son histoire, le peuple malgache a payé un lourd tribut pour le triomphe des idéaux de paix, de justice, de liberté. Le peuple malgache a toujours su garder sa dignité et pardonner. Il mérite notre reconnaissance et notre plus profond respect.
En ce 11 novembre, il convient d’associer les Anciens Combattants qui dans plusieurs villes de province comme a Antsirabe autour du Consul général de

France, se réunissent pour rendre hommage à leur ainés, à leurs « frères d’armes » trop tôt disparus et à la France. La présence remarquée, comme tous les ans, de jeunes lycéens qui ont tenu à déposer une gerbe à la mémoire de nos Anciens est une marque de respect et d’admiration de la jeunesse d’aujourd’hui. Je forme le vœu que ce 11 novembre 2011 constitue un moment d’espoir et marque bien la fin de la trop longue crise qui affecte Madagascar depuis trois ans.

Je veux croire et espérer que nous verrons l’an prochain à Madagascar, à travers l’organisation d’élections libres, transparentes et équitables, le rétablissement de la démocratie dans la Grande Ile.

Monsieur le Ministre, Monsieur le Secrétaire d’Etat, Mesdames, Messieurs, les services de l’ambassade de France à Madagascar continuent aujourd’hui, et s’honorent de suivre et d’aider les retraités, les

invalides de guerre, et plus globalement les pensionnés militaires de retraite, titulaires ou veuves. Ces gestes de la Nation française sont autant de témoignages de reconnaissance, d’attachement et d’affection envers ses anciens et fidèles soldats, que je suis heureux de réaffirmer devant vous, avec tous mes compatriotes vivant en terre malgache, en ce jour hautement symbolique pour la paix. « L’oubli est une deuxième mort : à nous d’entretenir le souvenir des nos anciens ».

Que perdure l’amitié entre nos divers pays liés par un passé commun.

Vive Madagascar, Vive la France, Vive l’Europe.

Partageons maintenant le verre de l’amitié.
Aza Mihafahafa.

Je vous remercie de votre attention./.

Dernière modification : 15/11/2011

Haut de page