Contribution de la France au PAM

L’Ambassadeur de France a visité en compagnie du Directeur du PAM à Madagascar une école primaire à Ambohijanaka hier 12 mars, l’occasion de voir concrètement les actions menées dans le cadre du programme d’assistance aux orphelins et enfants vulnérables du PAM en collaboration avec l’ONG RTM. L’Ambassadeur a annoncé à cette occasion une nouvelle contribution française de 700 000 euros pour 2012 (2 milliards d’ariary), rappelant l’excellente coopération menée depuis plusieurs années à Madagascar entre la France et le PAM.

Une nouvelle contribution de 700 000 Euros (environ 2 milliards MGA) de la France aux opérations du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) à Madagascar va permettre d’aider en 2012 plus de 326 000 Malgaches vulnérables. Cette contribution s’ajoute à celles déjà faites en 2009 (7,6 milliards MGA), 2010 (1,7 milliards d’ariary) et 2011 (6,44 milliards MGA).
Dans les quartiers urbains défavorisés, cette aide permettra au PAM d’assister des orphelins et enfants vulnérables à travers les cantines scolaires et ainsi contribuer à stabiliser le nombre croissant d’enfants qui ne vont plus à l’école à cause de la crise actuelle. En effet, un repas scolaire nutritif encourage la fréquentation scolaire surtout pour les filles et incite les parents à envoyer leurs enfants à l’école au lieu de les garder à la maison ou les envoyer travailler. Le PAM pourra également assister les malades de la tuberculose et leur famille pour améliorer leur état nutritionnel.

« La crise politique ne doit pas faire oublier le sort des 20 millions de Malgaches », précise M. Jean-Marc Chataigner, Ambassadeur de France à Madagascar.
Grâce à cette contribution de la France, le PAM viendra également en aide aux familles vulnérables à travers des activités de vivres contre travail dans le Sud et le Sud Est du pays, où plus de la moitié de la population est en état d’insécurité alimentaire. Ces activités de vivres contre travail permettront de réhabiliter des pistes rurales ; de faire de la reforestation et de construire des systèmes de captage d’eau et des terrasses anti-érosion. Ces travaux permettent aussi de protéger les moyens de subsistance des communautés les plus touchées par l’insécurité alimentaire.

« Cette contribution de la France va permettre au PAM d’appuyer des milliers de Malgaches en exécutant des activités qui n’auront pas seulement un impact à court terme mais aussi à moyen et long terme, en particulier sur la malnutrition et l’insécurité alimentaire », a expliqué Willem van Milink, Représentant du PAM à Madagascar.
En 2012, le PAM à Madagascar prévoit d’assister 912 000 personnes au total.

A Madagascar, 76% de la population malgache vit en dessous du seuil de pauvreté . Les trois dernières années ont vu une décapitalisation à tous les niveaux, en particulier chez les foyers les plus démunis, ainsi qu’une capacité réduite de l’Etat à répondre aux besoins de la population en services sociaux de base notamment la santé et l’éducation. Les foyers les plus vulnérables ont de moins en moins de capacités à trouver des moyens de subsistance.

La pauvreté se reflète également à travers les cas d’abandon scolaire. Selon l’UNICEF, un million d’enfants malgaches d’âge scolaire ne vont pas en classe. Le Ministère de l’Education Nationale, pour sa part, indique que le nombre d’enfants de 6 à 10 ans en-dehors du système scolaire a augmenté de 53% entre les années scolaires 2008-09 et 2009-10. Le taux de fréquentation dans le primaire a ainsi chuté de 83 % en 2005 à 73 % en 2010.

Presqu’un enfant de moins de 5 ans sur deux souffre de malnutrition chronique, faisant ainsi de Madagascar le sixième pays au monde ayant le taux le plus élevé . Cette situation est aggravée par un accès très limité aux services de santé, eau et assainissement, une alimentation peu diversifiée, une consommation alimentaire insuffisante et des comportements inadaptés en matière d’hygiène et de santé.

Environ 1,2 millions d’hectares de forêt auraient été perdus entre 1990 et 2005, soit un taux de déforestation de 0,53% par an.

La France et le PAM poursuivent leur politique conjointe d’aide aux populations les plus fragilisées.

Aide alimentaire au PAM
Aide alimentaire au PAM
Aide alimentaire au PAM
Aide alimentaire au PAM
Aide alimentaire au PAM
Aide alimentaire au PAM

JPEG
JPEG
JPEG
JPEG

Dernière modification : 13/03/2012

Haut de page