Coopération scientifique : Synthèse du projet « Forêts, Parcs et Pauvreté au Sud de Madagascar »

Le projet « Forêts, Parcs et Pauvreté au Sud de Madagascar » (FPPSM), débuté en 2011 et soutenu par le projet PARRUR de la Coopération française, a présenté la synthèse de ses travaux de recherche lors d’un séminaire les 10 et 11 juin 2013.

Le projet « Forêts, Parcs et Pauvreté au Sud de Madagascar » (FPPSM) est mené par un collectif de recherche piloté par l’Institut de Recherche pour le développement (IRD) et composé de chercheurs du Centre National de Recherche sur l’Environnement (CNRE), des Universités d’Antananarivo et de Fianarantsoa et du Centre National Antiacridien malgache (CNA). Démarré en juin 2011 suite à un appel d’offre du projet PARRUR (« PArtenariat et Recherche dans le secteur RURal »), le projet reçoit un important soutien financier de la Coopération française (70 000€).

Son objectif est d’interpréter le processus qui suit la première défriche d’une surface forestière, pour pouvoir prédire le devenir des couverts forestiers et les conséquences pour les populations rurales du Sud-Madagascar.

Recours à l’imagerie satellitaire pour étudier la dynamique des paysages forestiers

JPEG

Lundi 10 et mardi 11 juin 2013, les cinq institutions de recherches impliquées dans le projet FPPSM ont ainsi présenté au Centre de Ressources Scientifiques pour l’Agriculture et l’Environnement (CeRSAE/FOFIFA) les méthodes, techniques et indices de mesure et d’analyse utilisés ainsi que certains résultats obtenus (cartographie actualisée des zones étudiées, modélisation et analyse de données empiriques collectées,…) :

Les chercheurs ont sélectionné cinq couloirs forestiers représentatifs des différentes transitions post-forestières du Sud de Madagascar. Leur composante et leur structure se distinguent par le type de couverture : Forêts humides (région de Fianarantsoa), mélange Forêt sèche-humide (Région de Fort Dauphin), Savane (Farafangana), Forêt sèche (Mikea) et Forêt épineuse (Betioky). Les chercheurs ont analysé et cartographié les dynamiques paysagères de ces lignes de séparation (transects) de ces couloirs en comparant trois périodes d’images satellitaires, prises entre les années 70 et 2010.

L’équipe de recherche est parvenue à établir des trajectoires d’évolution de ces surfaces forestières et péri-forestières en fonction de la dynamique d’occupation et utilisation du sol liées aux activités agricoles (état initial —> défriche —> cultures sur brûlis / tavy —> jachère). De ces trajectoires, différents "modèles" de fonctionnement et de simulation prédictive de ces écosystèmes forestiers ont été présentés selon : 1) l’impact et l’emprise de la pression agricole (déforestation, mise en culture, risques de dégradation et d’érosion) et 2) leurs potentialités de résilience après une longue jachère.

A l’issue de ces travaux, le collectif proposera une série de pratiques agro écologiques alternatives, à la fois acceptables par les populations rurales et à faible impact sur les ressources forestières. Celles-ci devraient atténuer la pression sur la forêt et permettre d’assurer la viabilité de ces couverts forestiers tout en conciliant le développement économique des populations rurales locales.

JPEG - 251.7 ko
M. Solofo RAKOTONDRAOMPIANA (IOGA/Université d’Antananarivo) lors de la présentation intitulée " Applications de la télédétection et de la modélisation aux questions d’environnement à Madagascar".

Décloisonner la recherche malgache et soutenir les jeunes chercheurs

Ce projet a permis à de jeunes chercheurs de niveaux DEA et Doctorat des universités d’Antananarivo et de Fianarantsoa de réaliser leurs mémoires et travaux de thèses sur une thématique capitale pour Madagascar. L’objectif principal de l’Appel d’offre PARRUR étant de capitaliser tous ces résultats, le projet FPPSM est donc désormais en train de s’impliquer dans la valorisation de ses travaux. De nombreuses publications scientifiques de niveau national (mémoires et thèses) et international (articles scientifiques) sont attendues d’ici 2014.

Le projet PARRUR, par le biais de deux appels à projet lancés en 2011 et 2012, finance huit autres projets de recherche en partenariat sur l’ensemble du territoire malgache et participe ainsi au décloisonnement de la recherche malgache en appui au ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique. Face au succès de ces appels, tant en terme d’impact scientifique qu’au regard du nombre de prétendants, le projet PARRUR lance actuellement un 3ème appel à projet .

Dernière modification : 17/06/2013

Haut de page