Dépollution du dépôt de munitions de Diego Suarez.

Faisant suite aux conclusions de l’audit effectué en décembre 2011 par les experts FAZSOI sur le dépôt munitions de Diego Suarez, le Ministère des Forces Armées malgaches sollicitait officiellement la France afin d’effectuer la dépollution de ce site par une destruction des munitions représentant un réel danger. _
_
JPEG

C’est ainsi que l’équipe NEDEX (Neutralisation Enlèvement et Destruction des Explosifs) des FAZSOI, composée de 7 spécialistes débarquait le mercredi 12 septembre 2012 à Diégo Suarez. _
_
JPEG

Après les inévitables réunions de calage et les reconnaissances de zones pour prendre toute la mesure de la mission, les artificiers NEDEX commencent à organiser le terrain : creusage de 2 fourneaux de 3m par 3m pour 2 mètres de profondeur destinés à recevoir les munitions à détruire…Fabrication d’un abri avec des sacs de sable et des rondins de bois pour observer les tirs en toute écurité….Extraction du hangar de stockage des munitions candidates à la destruction pour leur chargement dans des camions plateaux fournis par l’armée malgache… _
_

Opération délicate puisque les munitions, ici des roquettes air-sol de 240 mm, pèse chacune 235 kg !

Après constitution de la rame, incluant les éléments d’escorte et de sécurité, le convoi se déplacera, chaque jour pendant 8 jours durant, pour rejoindre la zone de destruction située à 25 km du dépôt et procéder à la destruction des munitions. _
_
JPEG

Un officier français, binômé avec son homologue malgache, assure la sécurité du site à partir d’une zone de repli, par la mise en place des moyens sanitaires avec une ambulance et le camion citerne des pompiers.

La zone est bouclée par la mise en place de vedettes interdisant à tous, hommes et animaux, l’accès au site.
JPEG
La destruction peut commencer selon un processus répétitif mais toujours dicté par le terrain :
- déchargement des munitions avec la pelle mécanique, louée pour l’occasion par la partie malgache,
- chargement des fourneaux avec les munitions à détruire,
- amorçage des fourneaux avec des moyens de destruction pyrotechniques,
- rebouchage des fourneaux à la pelle mécanique,
- mise à feu
- départ vers l’abri
- destruction
- attente sécurité pour d’éventuel départ incendie et retombées
- inspection des fourneaux. _
_ _
JPEG _
JPEG _
JPEG _
JPEG _

Ainsi après 11 jours de mission, le bilan est très positif, 337 munitions ont été détruites :
- 287 roquettes anti char de RPG7,
- 44 roquettes aviation de 240 mm,
- 4 bombes incendiaires
- 2 bombes à dispersion…

Cela représente 7,1 tonnes de matières actives détruites… _
_
JPEG _
JPEG _

Outre l’aspect purement chiffré de ce bilan, il faut surtout retenir la valeur pédagogique que représente cet exercice, puisque à cette occasion une dizaine d’artificiers malgaches du SERMu (Service des Munitions) et du CPC (Corps de Protection Civil) ont été formés et ont procédés eux-mêmes à la destruction de munitions…

La coopération régionale avec les FAZSOI marque une avancée de plus avec la mise en commun de moyens humains et matériels fournis par les deux parties, au profit d’une action efficace et constructive contribuant à l’amélioration de la sécurité à Madagascar…

Nul doute que la très grande disponibilité de l’équipe FAZSOI (NEDEX-SAN- SECU), leur engagement complet dans cette mission très délicate, où tous leurs savoir-faire et leurs qualités pédagogiques ont été mises en avant avec un grand professionnalisme, ont valeur d’exemple pour leurs camarades malgaches et que ces derniers prendront la relève…

LCL Dominique BOLLIET

Chef de projet Appui à la Chaîne LOG et MAI

Dernière modification : 25/09/2012

Haut de page