Deux chercheurs malgaches à la Semaine des jeunes talents scientifiques francophones à Paris du 1er au 7 décembre

Universcience organise du 1er au 7 décembre 2018 un événement dédié aux « jeunes talents scientifiques francophones », qui consiste à réunir pendant une semaine de résidence à Paris des jeunes scientifiques francophones issus du monde entier et investis dans la diffusion et la communication des savoirs scientifiques. Deux chercheurs malgaches seront présents.

Universcience organise du 1er au 7 décembre 2018 un événement dédié aux « jeunes talents scientifiques francophones », qui consiste à réunir pendant une semaine de résidence à Paris des jeunes scientifiques francophones issus du monde entier et investis dans la diffusion et la communication des savoirs scientifiques. Deux chercheurs malgaches seront présents.

Cet événement, soutenu et encouragé par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, a vocation à mieux diffuser la culture scientifique, technique et industrielle au niveau international et à encourager les initiatives visant à promouvoir l’innovation et la recherche, en s’adressant en particulier aux jeunes générations.

Deux candidats malgaches ont été sélectionnés pour participer à l’événement : Rianja Tsanta Ny Aina RAKOTOARIVONY et Hasinahary Onja RATSIATOSIKA.

JPEG

Hasinahary Onja Ratsiatosika est chercheuse au Laboratoire des Radio-isotopes et enseignante vacataire à l’Ecole supérieure des Sciences agronomiques. Sa thèse prend en compte la problématique de la riziculture à Madagascar, particulièrement la faible fertilité des sols, la faible utilisation d’intrants par les paysans, le changement climatique et l’attaque des maladies. Afin de renforcer la durabilité du système et la production, elle étudie les vers de terre dans le but de fournir des services agrosystémiques dans une démarche agroécologique.

Pour Hasinahary, « La culture scientifique et technique relève d’une dimension sociétale. A mon avis, la culture scientifique et technique en francophonie permet d’unir des scientifiques issus d’une diversité culturelle à travers la langue commune française. Elle permet de faciliter la diffusion des résultats scientifiques des chercheurs et la transmission de savoirs. Par ailleurs, la culture scientifique et technique en francophonie induit une meilleure synergie entre les scientifiques dans le sens où la synthèse de connaissances est effectuée dans le même langage. Enfin, je pense qu’elle renforce la solidarité entre les scientifiques francophones via une meilleure communication et une aisance d’expression. »

Rianja Rakotoarivony, quant à lui, est vétérinaire et responsable des activités de développement agricole et d’évaluation des risques sanitaires auprès des communautés locales au sein de la Wildlife Conservation Society. Sa thèse, terminée en 2016, portait sur l’importance des processus socio-économiques et épidémiologiques dans la transmission de pathogènes, en particulier de la peste porcine africaine, entre les potamochères sauvages, les élevages porcins domestiques et l’homme à Madagascar.

Pour Rianja, « La culture scientifique et technique en francophonie contribue à créer un climat propice à innover le développement des connaissances, en suscitant un intérêt pour la science et la technologie auprès des jeunes, et en développant une compréhension du rôle que joue l’innovation dans l’amélioration de la qualité de vie, en particulier des populations des pays du Sud. J’ai personnellement pu bénéficier de cette culture scientifique et technique francophone au cours de mes études universitaires, en ayant eu la chance de pouvoir réaliser ma thèse de Doctorat au sein du CIRAD. Il me tient aujourd’hui particulièrement à coeur de poursuivre ma formation continue au sein de la communauté scientifique et technique francophone, tout en faisant bénéficier à d’autres de mes acquis et de mon expérience professionnelle. »

Tous deux se rendront donc à Paris du 1er au 7 décembre pour participer à la Semaine des jeunes talents scientifiques francophones. Nous avons recueillis leurs impressions à quelques jours du départ :

Dernière modification : 22/11/2018

Haut de page