Discours de l’Ambassadeur lors de la rencontre avec la communauté française à Majunga le 24 juin 2013

L’ambassadeur a prononcé un discours à l’occasion de la rencontre avec la population française de Majunga qui s’est tenue le 24 juin 2013 à l’Hôtel les Roches rouges.

Monsieur le Chef de région,

Mon Général,

Monsieur le PDS,

Madame la Présidente de du Tribunal,

Monsieur le Procureur,

Monsieur le Conseiller de l’AFE,

Mesdames et Messieurs les représentants des autorités locales,

Cher(e)s compatriotes,

Cher(e)s ami(e)s,

Je suis particulièrement heureux d’être depuis quelques jours à Majunga. C’est ma première visite depuis mon arrivée à Madagascar il y a six mois. J’ai le plaisir de découvrir une région de toute beauté et je suis très touché par l’accueil chaleureux qui m’a été réservé.

J’ai pris le temps, tant à titre personnel avec ma famille, qu’à l’occasion des visites et rendez-vous que j’ai pu avoir, de découvrir la diversité de votre cadre de vie. Mais aussi de prendre la mesure de la vitalité de la région, notamment dans sa dimension économique et culturelle.

Ce déplacement me donne également une nouvelle occasion de recueillir des témoignages, tant sur votre situation que sur les préoccupations qui sont les vôtres. Je vais y revenir.

Après une visite très intéressante de l’Alliance française, avec son président, son directeur et le délégué général, j’ai partagé ce midi un déjeuner avec des personnalités malgaches de haut rang.

Nous avons bien sûr évoqué les perspectives de sortie de la crise que connaît aujourd’hui Madagascar.

J’aurai le plaisir demain de visiter le collège Françoise Dolto et de déjeuner avec des opérateurs économiques. Je suis très heureux de pouvoir rencontrer les enseignants et non enseignants du collège et de les entendre sur leurs projets et leurs préoccupations.

Je suis également impatient de rencontrer les chefs d’entreprises. Comme vous le savez, le ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, a fait de l’économie la priorité de notre action diplomatique. Mon séjour à Majunga m’a convaincu que cette dimension est bien prise en compte ici. Plusieurs entreprises françaises concourent à l’activité économique locale et je me réjouis qu’elles participent ainsi au dynamisme économique de la région.

J’ai installé récemment un conseil économique qui sera un relais important de la relation économique entre Madagascar et la France. Je le redirai demain aux entrepreneurs : n’hésitez pas à me faire part de vos suggestions pour renforcer la relation économique et commerciale entre la région de Majunga et la France.

*

Comme vous le savez, d’importantes réformes touchant les français de l’étranger sont en cours.

Les bourses scolaires, notamment. Une refonte du mode de calcul est actuellement mise en œuvre avec le double objectif d’une plus grande équité et d’une gestion mieux maitrisée de l’enveloppe pour les années à venir. Cette réforme, annoncée par le Président de la République, était en effet nécessaire dans un but de justice sociale.
La représentation des Français de l’étranger est en cours de discussion au parlement, avec l’idée d’avoir des élus plus proches de vous, plus impliqués dans les dossiers locaux au sein des conseils consulaires. Ils articuleront leur action avec celle de la représentation nationale des 12 sénateurs et 11 députés des Français de l’étranger.

*
Mes chers concitoyens,

Les trois questions fondamentales que se posent ceux qui vivent ou qui se destinent à vivre à l’étranger sont les suivantes : y aura-t-il des services administratifs rendus par un consulat à proximité, leur sécurité sera-t-elle assurée et y aura-t-il un établissement scolaire pour leurs enfants ?

Ce sont, bien sûr, des questions essentielles pour la mobilité de nos compatriotes. Elles sont au cœur de la diplomatie économique dont le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a fait la priorité que j’évoquais à l’instant.

S’agissant de la sécurité, je sais combien les habitants de Madagascar sont concernés par la situation et à quel point les citoyens Français installés à l’étranger sont attentifs aux dispositions prises par l’Etat en ce domaine.

Le monde est instable et l’actualité internationale témoigne de l’augmentation des risques et de leur diversification à travers le monde. La combinaison de ces deux éléments accroit de ce fait le risque d’une atteinte à l’intégrité physique de nos ressortissants. Les Français de Madagascar n’ont pas été épargnés et plusieurs faits tragiques récents en témoignent.

C’est pourquoi j’accorde une attention prioritaire au travail d’information et de prévention des situations de crise.

Les réunions du comité de sécurité, les rencontres régulières avec diverses composantes de la communauté française, la mise à jour de la fiche conseils aux voyageurs, l’actualisation des plans de sécurité, l’élaboration d’une fiche réflexe et la coopération étroite avec la justice et les forces de l’ordre malgaches, sont autant de facteurs qui tendent à réduire les risques.

*

Je finirai avec l’évolution de notre réseau consulaire, Majunga, comme Tamatave, étant directement impacté par la reconfiguration en cours. Ce n’est évidemment pas de gaîté de cœur que je vous confirme que la chancellerie détachée va être transformée en agence consulaire à compter de mi-septembre.

Toutes les administrations de l’Etat contribuent, en France et à l’étranger, à l’effort national de redressement des comptes publics. La vérité est brutale, la France est trop endettée. Elle doit prendre des mesures courageuses si elle veut maintenir son indépendance.

La France peut faire valoir l’un des réseaux consulaires les plus développés du monde. Ce réseau a évolué au cours de la dernière décennie, en tentant de s’adapter aux besoins des Français à l’étranger dont le nombre progresse de façon régulière - plus de 4 % chaque année, voire davantage dans certaines régions. A Madagascar, la population française se maintient.

Les moyens humains et financiers restant identiques, voire en baisse, cela se traduit par la modification des structures comme cela va être le cas ici à Majunga. Ce qui ne veut pas dire que la France se désengage de la région. Nous allons cependant être présents différemment.

Tout d’abord, les services offerts aux Français ne disparaissent pas. Ils seront assurés en partie par un consul honoraire que nous sommes en train de recruter et un agent local rompu aux questions consulaires. Notez qu’il est assez rare que le ministère mette à disposition du consul honoraire un assistant qualifié rémunéré par l’ambassade.

Il faut relever qu’un effort significatif a été lancé pour améliorer l’information de nos compatriotes par une refonte des sites internet des postes diplomatiques et consulaires, afin de donner en permanence une information actualisée et accessible au plus grand nombre.

Après le succès du site "MonConsulat.fr", la direction des Français à l’étranger et de l’administration consulaire entend, à raison, développer dans les années à venir de nouveaux services en ligne pour répondre aux attentes des usagers du service public.

L’allègement des procédures consulaires simplifiera la vie de nos concitoyens et, par la même occasion, de nos consulats : cela ne veut pas dire « faire moins » mais « faire mieux » avec des moyens mieux répartis.

Enfin, il est prévu des missions régulières depuis Tananarive avec un dispositif mobile de collecte de données biométriques qui permettra de recueillir sur place les informations nécessaires à l’établissement de passeports et de carte d’identité. Cela évitera aux familles les plus modestes d’avoir à faire le déplacement jusqu’à la capitale.

Je ne vous dirais pas que rien ne va changer en termes de disponibilité des services publics à Majunga mais je peux vous assurer que l’agence consulaire et le consulat général feront tout ce qui est possible pour minimiser l’impact de l’évolution du réseau consulaire à Madagascar.

*

Mes chers compatriotes,

A Majunga, comme partout dans le monde, votre présence à l’étranger constitue un atout déterminant pour notre pays. Vous contribuez pleinement au rayonnement de la France dans les domaines économique, commercial, culturel et linguistique.

Je vous remercie sincèrement de ce que vous faites pour le rayonnement des relations entre Madagascar et la France.

Dernière modification : 16/07/2013

Haut de page