Discours de l’Ambassadeur lors du 9ème colloque national de l’Alliance française

Discours prononcé par l’Ambassadeur de France à Madagascar, M. François Goldblatt, le mardi 13 mai à 09 h 30 à l’Alliance française de Tananarive, à l’occasion de l’ouverture du 9ème colloque national de l’Alliance française à Madagascar.

Madame la Ministre de la culture

Monsieur le Ministre de l’éducation nationale

Monsieur l’Ambassadeur de Suisse

Monsieur le Conseiller de coopération et d’action culturelle

Monsieur le Délégué général de la Fondation Alliance française à Madagascar

Madame la déléguée générale adjointe

Mesdames et Messieurs les Présidents des Alliances françaises

Mesdames et Messieurs les Directeurs

Mesdames et Messieurs les représentants des partenaires de l’Alliance française

Mesdames, Messieurs

C’est avec un grand plaisir que j’ouvre le 9ème colloque national de l’Alliance française à Madagascar.

Un réseau des Alliances dynamique pour l’enseignement de la langue française et le dialogue culturel

En 2013, l’Alliance française a célébré ses 130 ans. Cet anniversaire a été l’occasion de rappeler ce qu’est votre mouvement international, ses missions, les valeurs d’humanisme qu’il véhicule. Je sais que quelques présidents parmi vous ont assisté au colloque international de la Fondation Alliance Française en juillet dernier à Paris, et à la réception donnée en l’honneur de votre institution par le Président de la République française à l’Élysée que je cite : « L’Alliance est l’histoire, tout simplement, d’une transmission entre les générations, entre les peuples, entre les cultures pour des valeurs, celles de la République. »
Durant l’année 2013, dans un contexte difficile, de crise politique, sociale et économique, les Alliances françaises à Madagascar, associations de droit malgache, indépendantes, ont poursuivi avec pugnacité, enthousiasme et dynamisme, leur mission de diffusion et d’enseignement de la langue française, de promotion de la lecture publique et du dialogue des cultures.

Les résultats obtenus dans ce contexte peu favorable sont plus qu’honorables : maintien du volume des activités d’enseignement en faveur de plus de 26 000 apprenants, progression de 12% du nombre de candidats aux examens de langue française, qui franchit la barre des 9 000, plus de 28 000 lecteurs inscrits dans les bibliothèques, organisation de près de 600 manifestations culturelles, auxquelles ont assisté 224 000 spectateurs.

L’apprentissage de la langue française, et donc son enseignement, revêtent une importance particulière à Madagascar. Langue officielle du pays, sa maîtrise est souvent gage de réussite universitaire et/ou professionnelle. Elle permet une ouverture sur le monde francophone, disséminé sur les 5 continents, mais aussi voisin de Madagascar : la France, tout d’abord avec l’Île de la Réunion et Mayotte, Maurice, les Comores. Cette communauté de langue compte 220 millions de locuteurs, et tout laisse à penser qu’elle ne cessera de croître, compte tenu de l’évolution démographique du continent africain.

L’Alliance française a célébré, comme chaque année, la semaine de la langue française et la journée de la Francophonie en organisant des activités diverses et originales. Elle s’est associée pour ce faire à des partenaires nombreux : le Ministère de l’Education nationale, l’Institut français de Madagascar, l’agence universitaire de la francophonie, les représentations diplomatiques ou consulaires des pays membres ou observateurs de l’OIF présentes à Madagascar.

Ce dynamisme, dont l’Alliance française fait preuve repose sur l’engagement de tous et la transmission régulière des responsabilités, le renouvellement des équipes d’administrateurs bénévoles et des directeurs. Au cours des 12 derniers mois, ce ne sont pas moins de 10 nouveaux présidents et 15 nouveaux directeurs et directeurs adjoints qui ont rejoint les Alliances françaises de Madagascar, parmi eux, le délégué général de la Fondation Alliance Française à Madagascar, directeur de l’Alliance française d’Antananarivo. Je leur présente tous mes vœux de réussite dans l’exercice de leurs fonctions.

Un acteur majeur de la coopération française

L’Alliance à Madagascar, 5ème réseau mondial, présente plusieurs spécificités qui font d’elle un acteur et un partenaire important de la coopération conduite par la France dans le pays : son histoire et son antériorité – l’Alliance est présente à Madagascar depuis 1947-, sa présence pérenne et sa permanence au fil des époques, son niveau de « couverture » unique du pays avec ses 29 implantations dans les plus importantes villes de Madagascar, et sa relation de proximité inégalée, reconnue et appréciée de tous, y compris des autorités de ce pays, qui lui ont accordé le statut d’association reconnue d’utilité publique. Historiquement, et parallèlement à l’action qu’elle conduit dans le cadre de ses missions fondamentales, l’Alliance est de facto un partenaire privilégié chargé de la mise en œuvre concertée et du déploiement des projets initiés et conduits par la coopération française à Madagascar.

Dans le domaine du soutien à l’enseignement du français dans le système éducatif, son action s’est principalement traduite, au cours des ans, auprès du Ministère malgache de l’éducation nationale (avec les projets PRESEM ou ABM du SCAC, PARSEM de la Région Réunion), au titre de la coopération militaire (à Antsirabe, Fianarantsoa, Ambositra et Moramanga ), policière (à Tananarive) mais aussi auprès de partenaires privés ou publics, tels des entreprises d’envergure nationale (banques, secteurs pétrolier, téléphonie et automobile), des Ministères malgaches (Intérieur, Budget et Finances) et des ONG (ENDA, GRET). La contribution de l’Alliance à ces actions de coopération se poursuit, avec la formation d’enseignants dans 6 régions du pays pour le compte du MEN, dans le cadre du projet de coopération franco-malgache d’appui à l’enseignement du français. Par ailleurs, les Alliances françaises entretiennent des relations étroites avec les établissements scolaires de leur localité.

Sur le plan culturel, nombreux sont les événements organisés en collaboration avec les autorités locales et nationales : communautés urbaines, directions régionales de l’éducation nationale et de la culture, ministères de l’éducation nationale, de la culture et du patrimoine. L’Alliance française, dans la capitale comme en province, est organisateur, co-organisateur, partenaire de nombreux festivals. L’un des événements phare de l’action culturelle de l’Alliance française à Madagascar est certainement la Fête de la musique le 21 juin, un succès populaire qui a rassemblé simultanément plus de 45 000 spectateurs dans 25 villes.

Des partenaires et soutiens multiples

La délégation générale de la Fondation Alliance française apporte son soutien au réseau des Alliances, principalement sous la forme de tournées nationales, pour des actions de diffusion et de promotion d’artistes locaux, ou parfois étrangers. La collaboration existante entre l’Institut Français de Madagascar (IFM) et la DGFAF, dans le respect des rôles et prérogatives de chaque partie, permet la mobilisation du réseau pour des projets initiés et conduits par l’IFM qui trouvent un prolongement en province, à l’image des Rencontres du film court qui viennent d’être lancées.

Je salue, au-delà de cette collaboration excellente qui existe entre les services de l’Ambassade de France et l’Alliance française, tous les salariés (les 231 personnels administratifs et de service, les 311 professeurs), tous les bénévoles (les 243 membres des conseils d’administration), qui œuvrent chaque jour pour la promotion à Madagascar de la langue française, de la lecture publique et du dialogue des cultures.

Le Ministère des affaires étrangères et l’ambassade de France à Madagascar apportent un soutien important aux Alliances françaises, par la mise à disposition d’agents : 8 expatriés et 7 volontaires internationaux, l’octroi de subventions de fonctionnement qui, malgré la réduction de nos crédits ont été maintenues en 2014 au même niveau que l’année passée. L’Ambassade de France a inclus dans le dispositif Sankoré le réseau des Alliances françaises, bénéficiaire ainsi de 60 tableaux numériques interactifs et d’une subvention pour les installer.

Je vous souhaite, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs les Directeurs, un fructueux 9ème colloque national.

Dernière modification : 15/05/2014

Haut de page