L’ONG Vahatra revient sur son projet d’insertion des travailleurs vulnérables financé par l’Ambassade de France

Projet PISCCA : Toutes les deux semaines, nous vous ferons découvrir des ONG et des projets soutenus par l’Ambassade de France depuis maintenant 2 ans par l’intermédiaire du PISCCA (Projets Innovants de la Société Civile et Coalitions d’Acteurs). Aujourd’hui, nous vous présentons l’ONG Vahatra et son projet d’amélioration durable de l’insertion économique et sociale des travailleurs vulnérables

JPEG

Le projet mis en place se donne pour objectif d’améliorer la situation socio-économique des travailleurs pauvres et de leur famille en favorisant la protection sociale et sanitaire de ces personnes, ainsi que leur intégration économique.

Le projet consiste à développer les activités, grâce à l’implantation de bureaux qui mettent en œuvre un programme de développement économique et social des travailleurs pauvres et de leur famille, dans les trois communes rurales de Belazao, d’Ambano et de Mandritsara situées dans la région du Vakinankaratra.

L’ONG Vahatra a ainsi développé sur ces communes :

• une offre de services économiques (prêts productifs sans garantie, formation en éducation financière, accompagnement individuel, mécanisme d’épargne obligatoire et volontaire)
• un service d’accompagnement social complémentaire, (accompagnements individualisés à domicile, permanences sociales, référencements, animations villageoises, ateliers éducatifs)
• un service de micro assurance santé complémentaires (prises en charge financières, orientations et référencements, éducation en santé préventive)

Succes Story :

JPEG

Herline est une jeune mère de 25 ans. Elle habite dans la commune rurale d’Ambano avec son mari et sa fille de 3 ans. Elle a connu Vahatra grâce à l’animation de masse effectuée dans son quartier lors de l’ouverture du bureau au mois d’août 2017.
Femme battante, elle a des projets pour sa famille mais l’accès au financement reste un frein, car pour avoir du crédit, les institutions financières demandent une garantie matérielle qui peut aller jusqu’à 150% du crédit demandé.

Avec son mari, elle a décidé d’élever 2 truies afin de lancer une reproduction de cochon. Elle est alors venue chez VAHATRA pour prendre un prêt afin d’acheter 500 kg de provende pour l’alimentation des bêtes.

Au second prêt, d’un montant de 360 000 ariary, elle a décidé de diversifier ses activités et a affecté le capital emprunté dans la culture du riz. Elle disposait déjà de semences, mais elle avait besoin de fonds pour l’achat d’engrais et le paiement des mains d’œuvre.

Actuellement, Herline dispose de 135 000 ariary d’épargne : « J’aimerai continuer à travailler dur afin d’offrir un meilleur avenir à notre enfant, mon rêve c’est d’avoir une grande ferme et de construire une maison. »

24 mois après le financement, quel bilan ?

Certaines difficultés et épreuves ont été surmontées au cours de ces deux ans. Tout d’abord les cyclones et la sécheresse survenus au début de l’année 2017 qui ont affecté les récoltes. L’éloignement géographique lié au mauvais état des routes a rendu difficile la mise en œuvre de l’accompagnement et le déplacement des familles vers les structures adaptées.

De ce fait, le partenariat avec PISCCA a permis d’étendre et de développer les actions de l’ONG Vahatra auprès de familles installées dans 3 communes rurales de la région de Vakinankaratra. La mise en place des bureaux permet à l’ONG Vahatra de maintenir la proximité avec les bénéficiaires et leur évite un déplacement considérable pour atteindre les points de services.

Vahatra a pour vocation de travailler durablement dans ces zones d’interventions afin de permettre aux familles cibles du projet de développer leur autonomie tant sur le plan économique que social. Sur le plan financier, les activités de microcrédit génèrent des recettes permettant à l’organisation d’avancer progressivement vers une viabilité financière des différents services et activités mis en place.

Dernière modification : 14/09/2018

Haut de page