L’aide au développement française en santé à Madagascar

Plusieurs niveaux d’acteurs français contribuent à l’aide au développement du secteur santé à Madagascar.

L’ambassade de France à Madagascar

La conseillère régionale en santé mondiale (CRCM) près de l’Ambassade de France est chargée du suivi des activités liées au Fonds mondial,, à GAVI et à UNITAID, des activités des agences des Nations Unies, notamment l’OMS, l’UNICEF, l’ONUSIDA et l’UNFPA et d’autres modalités de coopération en santé (coopération bilatérale pour l’appui à l’élaboration des stratégies nationales en santé et leur mise en oeuvre, coopération interuniversitaire et - hospitalière, coopération régionale et décentralisée etc.).

Elle suit notamment 4 pays de la zone océan indien : Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles et rempli 2 missions de suivi et de représentativité de la France :

-1 Le suivi étroit de l’action des partenariats multilatéraux en santé recevant de fortes contributions françaises :

Elle veille à ce que les subventions accordées par la France soient utilisées les plus équitablement et le plus rationnellement possible, que les décisions prises à Genève soient appliquées sur le terrain, et inversement que les contraintes du terrain soient bien prises en compte par Genève. En tant qu’experte elle participe à la gouvernance des fonds multilatéraux en santé.

-2 Le suivi des autres initiatives et institutions multilatérales en santé

La conseillère régionale en santé mondiale (CRCM) défend les positions françaises au sein des organisations multilatérales, notamment l’OMS et les autres organisations des Nations-Unies, l’Union Européenne et les banques de développement (ex : Banque Mondiale, Banque Africaine de développement) et au sein des initiatives globales ou régionales (P4H dans le domaine de la protection sociale, le règlement sanitaire international dans celui de la sécurité sanitaire, SUN dans le domaine de la nutrition, ou bien encore la Global Financing Facility dans la domaine de la santé des mères et des enfants, etc.).

Dans sa zone de compétence, la CRCM est également impliquée dans les relations avec la Commission de l’Océan Indien (COI), dont le siège est à Maurice.

Dans ce cadre, elle travaille en étroite collaboration avec les opérateurs français, notamment les agences locales et les chefs de projet de l’Agence française de développement et d’Expertise France afin de renforcer l’articulation entre l’action des fonds multilatéraux et les actions de coopération bilatérale. Elle contribue, en particulier, à la mise en œuvre de l’Initiative 5%, en assurant la promotion du dispositif auprès des autorités sanitaires et de la société civile, et en formulant des avis d’opportunité sur les projets à instruire, en encadrant les experts en mission et en suivant les projets bénéficiant du dispositif.

Elle appuie également les postes de sa zone (Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles) pour :

  • des actions de coopération bilatérale, notamment les coopérations hospitalières, universitaires et scientifiques : avis d’opportunité sur les projets proposés, attributions de bourses, activités de représentation contribuant à la visibilité des interventions françaises, identification des priorités de coopération et recensement des capacités de recherche biomédicale des pays de la région, maintien de liens étroits avec l’Institut Pasteur de Madagascar ;
  • l’articulation entre les actions de coopération bilatérale, régionale et décentrélisée
  • le suivi des experts techniques internationaux ;
  • le suivi des projets santé sur Fonds Commun et Fonds PISCCA ;
  • les crises sanitaires et l’appréciation de leur impact.

L’agence française de développement à Madagascar

L’Agence Française pour le Développement (AFD) soutient, à travers l’Initiative OSC, des ONG françaises oeuvrant dans le secteur de la santé à Madagascar. Les projets financés couvrent divers domaines tels que :

  • La protection sociale à travers la mise en place de systèmes de santé accessibles, pérennes, résilients et de qualité. L’ONG ATIA appuie notamment l’accès aux mutuelles de santé à travers les OSC qu’elle appuie. POISTITIVE PLANET, quant à elle, met en oeuvre un projet d’accès à la protection santé pour les travailleurs du secteur informel dans six régions de Madagascar.
  • L’amélioration de la santé des population en situation de vulnérabilité (femmes, enfants et adolescents, populations marginalisées et en situation d’extrême pauvreté) :
    - La Fédération Handicap International met en oeuvre des projets ciblant les personnes en situation de handicap physique, avec un projet pour faciliter l’accès aux services de réadaptation et d’appareillage, mais aussi mental via un renforcement de capacités de ses partenaires locaux en matière de santé mentale et éducation inclusive / formation professionnelle.
    - Inter Aide ont quant à eux un projet de réduction durable de la mortalité infanto-juvénile en zones rurales isolées
  • L’amélioration des droits et de la santé sexuels et reproductifs à travers le projet de Médecins du Monde « Promouvoir le droit à décider pour réduire la morbi-mortalité liée aux grossesses non désirées ».
  • L’amélioration de la prévention et de l’offre de soins :
    - AIDE ODONTOLOGIQUE INTERNATIONALE - « Projet d’appui au développement intégré de la santé bucco-dentaire »
    - DOULEURS SANS FRONTIERES - « Projet d’appui et de formation à la prise en charge de la douleur, de la souffrance et des symptômes de fin de vie des patients usagers du système national de santé à Madagascar »
    - IECD – « Amélioration de la prise en charge socio-sanitaire des drépanocytaires en Afrique Subsaharienne »
  • La lutte contre les crises nutritionnelles récurrentes, notamment via le projet mise en œuvre par Actions Contre la Faim et visant au renforcement de l’expertise la société civile en matière de lutte contre la sous-nutrition.

L’expertise technique internationale

L’aide au développement française en soutien au secteur de la santé à Madagascar se traduit aussi à travers la mise à disposition d’un expert technique international . Il assure des missions d’ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement des capacités auprès de ses homologues malgaches de l’université de médecine d’Antananarivo.

Cette démarche s’inscrit dans l’objectif de formation hospitalo-universitaire médicale à Madagascar pour faire face à la pénurie de spécialistes et à la relève du corps hospitalo-universitaire et professoral.

Depuis 2013, cette mission d’appui se poursuit par la mise en place du système LMD et de la création de 6 facultés de médecine en province à Madagascar.

Les objectifs concrets poursuivis par cet expert sont :

  • Appuyer la rédaction d’un plan quinquennal d’orientation stratégique des facultés et départements de médecine de Madagascar ;
  • Développer et appuyer les partenariats hospitalo-universitaires avec des universités et CHU du territoire national ;
  • Appuyer les projets des ONG et des associations impliquées dans le secteur de la santé ;
  • Apporter un appui au développement des projets pédagogiques dans le cadre de la réforme LMD et aux ressources documentaires ;
  • Appuyer les cursus de spécialisation (internat, clinicat et agrégation) ;
  • Apporter un appui la recherche clinique.

Dernière modification : 20/11/2018

Haut de page