La Coopération française appuie la création d’un Plan Directeur de la Recherche sur les Énergies Renouvelables à Madagascar

Soutenus par la Coopération française et le projet FSP PARRUR, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et le ministère de l’Energie ont conjointement organisé le jeudi 13 février 2014 à la Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Antananarivo, l’atelier de concertation et de validation du Plan Directeur de la Recherche sur les Énergies Renouvelables qui vise à la mise en place d’une politique énergétique nationale ambitieuse et durable.

A Madagascar, seuls 2,8% de l’électricité produite est d’origine renouvelable et, pour des raisons de coût, le bois reste très majoritairement la source énergétique privilégiée (près de 82% de la consommation totale).

Aujourd’hui la consommation énergétique malgache est presque 8 fois inférieure à la moyenne mondiale. Pourtant, plusieurs sources d’énergie durables présentent de fortes potentialités encore largement sous-exploitées : l’hydroélectricité en tête (moins de 2% du potentiel total estimé utilisés) mais également l’énergie solaire et l’énergie éolienne [1] .

JPEG

Un plan directeur qui posera les bases d’une politique énergétique durable à Madagascar

Partant de ce constat, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESUPRES) et le ministère de l’Energie ont réfléchi conjointement à la mise en place d’un plan directeur national de la recherche sur les énergies renouvelables, secteur prioritaire dans la politique nationale sur les mécanismes de développement propres à Madagascar. Soutenu par le projet FSP PARRUR de la Coopération française, il a été présenté jeudi 13 février 2014 à l’Université d’Antananarivo à l’occasion d’une journée « Atelier de concertation et de validation du plan directeur de la recherche sur les énergies renouvelables ».

Cet ambitieux projet vise à :
- rationaliser les conditions d’approvisionnement, de production, de distribution et de consommation d’énergie ;
- respecter les équilibres écologiques fondamentaux et encourager une gestion rationnelle des espaces ruraux dans les zones d’exploitation forestière à usage énergétique ;
- permettre aux populations, en milieu rural et urbain, d’avoir accès à un minimum de services de l’énergie.

Et nécessite :
* l’adaptation du cadre institutionnel
* le développement des mécanismes de financement
* le renforcement des capacités humaines et financières
* le transfert de technologie en matière de produits énergétiques

Inauguration de la journée "Ateliers de concertation et de validation du plan directeur des énergies renouvelables" par les représentants des institutions impliquées. De gauche à droite : Mme Herivelo RAMIALIARISOA, Représentante du Ministère de l’Energie ; M. Vincent BARON, Conseiller adjoint de Coopération et d’Action culturelle auprès de l’Ambassade de France ; son Excellence Amette Etienne Hilaire RAZAFINDEHIBE, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ; M. Panja RAMANOELINA, Président de l’Université d’Antananarivo ; Mme Claudine RAMIARISON, Directeur Général de la Recherche et du Partenariat (MESUPRES)

Répondre aux demandes en approvisionnement électrique actuellement non satisfaites

L’utilisation de sources d’énergie renouvelables, particulièrement dans les zones rurales et isolées, permettrait à de nombreux citoyens non raccordés au réseau JIRAMA d’accéder à l’électricité tout en développant l’économie locale (développement du tissu entrepreneurial) et en améliorant la qualité de vie (électrification des services publics…).

Lors de cette journée de réflexion, dernière étape avant le lancement officiel de ce plan directeur, 77 experts se sont répartis en quatre commissions scientifiques réunies à la bibliothèque universitaire afin de définir les axes directeurs prioritaires nécessaires à la mise en place d’une politique énergétique durable :

1/ CONNAITRE LA SITUATION ACTUELLE DE LA RECHERCHE DANS LE DOMAINE DES ENERGIES RENOUVELABLES

2/ PROMOUVOIR L’INNOVATION PARTICIPATIVE DANS LA RECHERCHE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES A VALEUR AJOUTEE SOCIO-ECONOMIQUE, CULTURELLE ET ENVIRONNEMENTALE POUR MADAGASCAR

3/ CONTRIBUER A L’ATTEINTE DES OBJECTIFS NATIONAUX DANS LE CADRE DE L’ECONOMIE VERTE ET L’ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

4/ RENFORCER LA CAPACITE TECHNIQUE, INSTITUTIONNELLE ET ORGANISATIONNELLE OPERATIONNELLE DES ENTITES CONCERNEES DANS LE DOMAINE DES ENERGIES RENOUVELABLES

La validation de ces objectifs spécifiques par les parties prenantes et le lancement du plan directeur sur les énergies renouvelables qui interviendra prochainement devraient permettre à moyen-terme (horizon 2020) de réduire drastiquement la trop grande dépendance actuelle vis-à-vis des énergies fossiles et du bois énergie et assurer un approvisionnement durable, bon marché et de bonne qualité de l’énergie sur l’ensemble du territoire.

Pour en savoir plus, retrouvez l’état des lieux énergétique fourni par le ministère de l’Energie :

PDF - 1.3 Mo
(PDF - 1.3 Mo)

[1Chiffres fournis par le Ministère de l’Energie.

Dernière modification : 20/02/2014

Haut de page