Le service de coopération et d’action culturelle

Le service de coopération et d’action culturelle (SCAC) est chargé au sein de l’Ambassade de mettre en œuvre la coopération au titre de l’aide publique au développement dans les domaines relevant de la Direction générale de la mondialisation, de la culture, de l’enseignement et du développement international du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Pour contacter le SCAC de l’Ambassade de France à Madagascar : scac.tananarive-amba@diplomatie.gouv.fr

L’objectif général de la coopération mise en œuvre par le SCAC est d’entretenir et renforcer la relation privilégiée de la France avec Madagascar dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement supérieur et la recherche, de l’attractivité, des enjeux globaux, de l’appui à la société civile, de la coopération décentralisée, de l’environnement et le changement climatique, de l’autosuffisance alimentaire ou encore de l’accès des jeunes au marché de l’emploi.

En 2020, le SCAC a consacré un budget de près de 3.7 millions d’euros au titre de l’aide publique au développement.

Le Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle est le responsable du Service de Coopération et d’Action Culturelle. Il est également conseiller pour les questions de coopération auprès de l’Ambassadeur et Directeur de l’Institut Français de Madagascar depuis la mise en place de la réforme (fusion SCAC/IFM) du dispositif de coopération au 1er janvier 2012.

Le large dispositif de coopération, à Madagascar s’inscrit dans le cadre du Plan d’Action de l’Ambassade et du Document Cadre de Partenariat (DCP) signé en novembre 2016 par le Secrétaire d’Etat chargé du développement et de la francophonie représentant le MEAE et la Ministre malgache des Affaires Etrangères. Il fixe les grandes orientations et priorités de la coopération française pour la période 2016-2020 à travers :

Trois secteurs de concentration :

  • Education, formation et recherche, avec notamment un appui au pilotage de la politique éducative ; le renforcement de la qualité de l’enseignement dont l’enseignement supérieur et la recherche ; la rénovation et le développement des infrastructures éducatives, ainsi que le développement de la formation professionnelle,
  • Le développement urbain, avec comme principaux thèmes le développement des infrastructures urbaines, en particulier dans le « grand Antananarivo », l’énergie, l’accès à l’eau et l’investissement,
  • Le développement rural, l’agriculture, l’environnement et le développement local, avec l’appui à la formulation des politiques agricoles, la diversification de la production et des exportations et le développement de systèmes de production compatibles avec la gestion durable des ressources naturelles ;

Trois domaines transversaux :

  • L’appui à la gouvernance démocratique et au renforcement de l’Etat de Droit, notamment le renforcement des capacités institutionnelles dans le secteur de la Justice, un appui au processus de décentralisation et à la réforme foncière, et le renforcement de la coopération décentralisée et de la participation de la société civile au développement (le SCAC apportant un appui aux ONG locales en complément de l’accompagnement de l’AFD aux ONG françaises intervenant à Madagascar).
  • La culture et la francophonie, avec un appui pour l’enrichissement de l’environnement culturel (à la fois en terme de diversité et de création), et l’enseignement du et en français à Madagascar,
  • Le soutien au secteur privé ;

Un secteur hors-concentration :

  • La santé, en privilégiant le renforcement des politiques publiques de santé, l’accès de la population à des soins de qualité et la lutte contre les maladies transmissibles (VIH/Sida, peste, tuberculose, paludisme) et non transmissibles (diabète, maladies cardio-vasculaires, cancers), la mise en place de la couverture santé universelle, l’accès à l’enseignement supérieur dans le domaine de la santé, ou encore le pilotage des fonds mondiaux et de l’initiative 5% qui permet de renforcer l’expertise française en santé.

Voir l’onglet Coopérationpour plus d’informations.

Pour assurer la bonne mise en œuvre de cette coopération multisectorielle, le Service de Coopération et d’Action Culturelle dispose d’un réseau dense d’opérateurs à Madagascar dont il assure à la fois le suivi des activités mais veille également à la bonne coordination pour assurer une cohérence de la politique de coopération française :

L’Agence Française de Développement –l’opérateur pivot de la coopération dans la mise en œuvre de l’Aide Publique française eu Développement-, l’Institut Français de Madagascar, Campus France, France Volontaires, le réseau des 29 Alliances Françaises, l’Inspection de l’Education Nationale, ou encore l’Agence de l’Enseignement du Français à l’Etranger pour le suivi des 23 établissements d’enseignement français (en gestion directe, conventionnés et partenaires). Le SCAC peut également compter sur le réseau des coopérations décentralisées, ainsi que les organismes de recherches installés à Madagascar (CIRAD, IRD, Institut Pasteur). Enfin, des Experts Techniques Internationaux sont en poste dans des institutions ou départements malgaches tout en relevant de la tutelle du SCAC.

Voir l’onglet Le Réseau France pour plus d’informations.

Dernière modification : 29/06/2021

Haut de page