Les flux et le stock d’investissements français à Madagascar

Le stock d’investissements français et les flux observés sur les 3 dernières années.

a. Flux d’IDE entrant à Madagascar

En 2014[1], le flux d’investissements directs étrangers entrants à Madagascar a enregistré une hausse de 6,8% en monnaie locale. Exprimé en USD, le flux d’IDE entrant enregistre une baisse de 2,4%. Cette différence est due principalement à la dépréciation de la monnaie malgache sur cette période.

En 2014, les secteurs du Commerce, des Télécommunications, de la construction et BTP ainsi que la pêche et aquaculture ont regroupé près de 70% du flux d’IDE.

Les cinq premiers pays investisseurs à Madagascar sont : Île Maurice, France, Etats-Unis, Royaume Uni. Ces derniers opèrent dans le commerce, les grands projets miniers, les activités financières, la télécommunication, les activités de fabrication et les autres branches.

Avec des flux de 100 MUSD (-20% par rapport à 2013) orienté à 99% vers le commerce, la France se classe au 2ème rang des investisseurs après l’Ile Maurice.

b. Stocks d’IDE à Madagascar

Selon la CNUCED, le stock d’IDE de Madagascar s’élève à 6,528 Mds USD en 2017 (soit 255 USD per capita). Ce stock est en hausse de 11% par rapport à 2016 (5,882 Mds USD) et correspond à 50,6% du PIB. Selon la Banque Centrale de Madagascar, avec un stock d’IDE estimé à 712 MEUR en 2014 (dernière année disponible), la France se situe en 4ème position parmi les investisseurs étrangers ce qui la place devant le Japon (440 MEUR) et les Etats-Unis (138 MEUR), derrière les grands investisseurs miniers (Royaume-Uni, Canada) et l’Ile Maurice (816 MEUR). Les investissements français se concentrent essentiellement dans le secteur financier, le commerce, les services et les activités extractives.

Les intérêts français se concentrent quant à eux dans les activités financières avec des entreprises comme la Société Générale Madagascar et la BPCE-BMOI, dans les industries (Groupe Castel, Air Liquide, Lafarge-Holcim), de télécommunication (Orange) et la construction (Colas, Sogea Satom, Eiffage) et services aux entreprises.

[1] Les données IDE 2014 ont été publiées par la Banque Centrale de Madagascar au premier trimestre 2017

Dernière modification : 20/11/2018

Haut de page