Soutien additionnel de la France au projet SACEM

La France a officialisé ce 25 octobre 2018 une nouvelle contribution de 100 000$ en appui au projet SACEM pour la préparation du cycle électoral à venir.

A l’issue d’une réunion du comité de pilotage (CoPIL) du projet SACEM d’appui à l’organisation du cycle électoral malgache (élections présidentielle des 7 novembre et 19 décembre 2018, et législatives en 2019), qui a réuni au siège de la CENI, le 25 octobre, les représentants de la CENI, du PNUD, ceux de l’administration et des ministères malgaches concernés et des diplomates dont les pays contribuent financièrement au projet, les Ambassadeurs de la Norvège et de la France ont rappelé une nouvelle fois l’importance du travail réalisé au cours de ces derniers mois par la Commission Electorale Nationale Indépendante et les enjeux en termes de stabilité et de développement liés au bon déroulement du processus électoral.

Ci-après l’allocution de Mme Véronique VOULAND-ANEINI, Ambassadeur de France à Madagascar, à l’occasion de l’apport par la France d’une contribution additionnelle de 100 000 dollars à SACEM. La France avait déjà contribué à hauteur de 360 000$ au projet.

JPEG

De gauche à droite, l’Ambassadeur de France, le Président de la CENI, la Représentantes résidente du système des Nations Unies, l’Ambassadeur de Norvège

"Le 7 novembre prochain, le peuple malgache est appelé à voter. C’est une étape importante dans la consolidation de la démocratie.

Et avec les autres partenaires de Madagascar, la France est très désireuse que cette étape se déroule dans le respect des délais et du cadre constitutionnel.

C’est pourquoi, nous accordons une attention particulière au projet SACEM dont l’ambition est de faciliter la préparation d’élections crédibles et transparentes, qui reflètent le véritable choix des Malgaches.

Le succès de ce processus est gage de stabilité et de développement pour Madagascar et les Malgaches.

L’échec du processus peut signifier un retour en arrière dont ne profiteront que quelques’ uns au détriment de la majorité.

Ce processus est engagé depuis de longs mois par la CENI avec l’appui du PNUD. Il est accompagné par des experts de l’OIF, des observateurs de l’UE, de l’UA et d’autres, et nous avons pleinement confiance dans sa validité.

Nous avons été parmi les premiers à apporter notre contribution au « basket fund » et nous signons aujourd’hui une nouvelle contribution de 100 000 dollars à la fois pour renouveler cette confiance dans le travail de la CENI, du PNUD et de l’Etat malgache, mais aussi pour inviter toutes les parties à respecter leurs engagements en termes de financement. Il ne faut pas que les démembrements de la CENI par exemple ne soient pas en mesure de remplir leur mission parce que le budget n’est pas abondé.

En vous renouvelant notre confiance, nous tenons aussi à vous encourager dans la tâche difficile qui est la vôtre. Madagascar a la possibilité d’organoser des élections exemplaires. Il doit saisir sa chance et briser ainsi les cycles des crises dans lesquelles le pays a été trop longtemps plongé."

Dernière modification : 25/10/2018

Haut de page