i RENALA poursuit son développement grâce à l’aide de RENATER

Du mercredi 12 au mardi 18 septembre, une mission d’experts français de RENATER (réseau de l’Enseignement supérieur français) a séjourné à Madagascar en vue d’apporter son expérience au jeune réseau dédié à l’Enseignement supérieur et à la recherche. Au programme : des visites de terrain et des entretiens pour préparer le développement national et international d’i RENALA.

La mission composée de Mme Sabine Jaume (RENATER), M. Damien Alline (IRD), M. Michel Labadie (IRD) et de M. Joël Sor (CIRAD) a rencontré durant une semaine les différents acteurs qui constituent, pour l’heure, la base du réseau malgache et qui seront amenés à devenir vecteurs du développement d’i RENALA à savoir : les représentants du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique et du Ministère des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies (institutions de tutelle du réseau), des universitaires, des chercheurs, des étudiants et le représentant prestataire qui gère et entretien le réseau, l’entreprise TELMA.

Des séances de travail et la restitution de la mission, devant l’ensemble des partenaires se sont déroulées à l’université d’Antananarivo dans la nouvelle salle de visioconférence équipée par la Coopération française.

Pour rappel, i RENALAinterconnecte pour l’heure 21 sites de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et est intégralement géré par l’association du même nom qui regroupe chacune des institutions reliées au réseau.

Forces et perspectives d’i RENALA :

Restitution des premiers résultats : Les membres de la mission RENATER entourés du Président et du Secrétaire de l'association i RENALA, M. ANDRIAMAMPIANINA (g) et M. RANDRIAHAVANIAINA (d), attentifs au discours du Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, M. RAZAFINDEHIBE. - JPEG

Lundi 17 septembre 2012, la mission a présenté ses premières conclusions relatives au développement et possibilités futures d’i RENALA. Ces préconisations sont concentrées autour de quatre axes principaux :

- La gouvernance :

Elle doit se situerau niveau stratégique afin de planifier le développement du réseau (plan de financement pluriannuel…)et au niveau opérationnel par le renforcement et la stabilisation de l’équipe technique.

- Un positionnement à l’international :

Pour être visible et crédible, le Réseau i RENALA devrait offrir ses compétences pour agréger d’autres réseaux de l’Océan indien. A cet effet une politique active de communication devra être développée tant à l’interne (séances d’information,propositions de nouveaux services, application e-learning, …) qu’à l’externe (site web, liaisons avec des Réseaux régionaux éducatifs et de recherche…). Pour débuter sur la scène internationale, iRENALA effectuera une présentation de son réseau au forum de coopération Africa-EU sur les technologies de communication et d’informations ayant lieu à Lisbonneen novembre 2012 (http://euroafrica-ict.org/2012-africa-eu-cooperation-forum-on-ict/).

- Les capacités humaines :

Pour fonctionner, ce réseau aura besoin sur la durée de compétences, aussi un plan de formation incluant tant les personnels de maintenance que des formateurs devra être élaboré.

- Le financement :

i RENALA ne dispose pas encore d’un budget équilibré, il importe donc que :

- chaque membre de l’Association apporte sa contribution au travers des cotisations prévues ;

- de nouveaux services payants (à prix coûtants) soient développés ;

- soient recherchés tous les partenaires nationaux (entrant dans le domaine d’activité d’iRENALA) ayant besoin de bande passante pour le développement de leurs projets et qui pourraient donc devenir contributeurs.

Enfin, il est nécessaire que l’association puisse obtenir le statut « reconnue d’utilité publique » afin de pouvoir bénéficier de financements étatiques.

Le premier pont vers les réseaux étrangers a désormais été bâti par i RENALA. Nul doute que l’appui de RENATER – NREN expérimenté, mondialement reconnu et intégré au réseau européen GEANT- l’aidera dans sa quête de reconnaissance à l’international, gage de reconnaissance du système universitaire et scientifique malgache lui-même lancé dans une rénovation profonde via le passage au modèle Licence-Master-Doctorat (LMD).

Dernière modification : 24/09/2012

Haut de page