La France, à travers l’AFD, soutient l’Institut Pasteur de Madagascar dans sa riposte contre le Covid-19

Dans le cadre du plan de riposte Covid-19, la France via l’Agence française de développement (AFD) et l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) ont procédé le 24 juillet 2020 à la signature d’un accord de financement de 4 milliards d’ariary (1 million d’euros). Celui-ci permettra à l’IPM de renforcer ses moyens pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 et assurer le maintien de ses autres missions essentielles au service de la population de Madagascar.

Alors que se poursuit la diffusion de l’épidémie de Covid-19 à Madagascar, le projet soutenu par l’AFD renforcera les moyens de l’IPM, en première ligne sur le diagnostic, la formation et la recherche relatifs à la maladie. Les capacités du laboratoire seront renforcées par l’acquisition de deux nouvelles machines de diagnostic ; deux nouveaux postes de sécurité permettront une maîtrise accrue du risque biologique lors des manipulations ; le contrôle qualité sera amélioré par l’extension des logiciels relatifs au contrôle de la chaîne du froid ; et la filière d’élimination des déchets à risque infectieux sera consolidée. Enfin, le projet appuiera les capacités de déplacement et de communication de l’Institut pour une action toujours plus efficace en province, notamment grâce au laboratoire mobile actuellement déployé à Toamasina.

Dans un même temps, cet appui vise à soutenir la pérennité des autres activités essentielles de l’Institut Pasteur, au premier rang desquelles figure la vaccination contre la rage, mise en péril par la crise sanitaire. L’Institut Pasteur de Madagascar assure le fonctionnement d’un centre de traitement antirabique qui prend en charge gratuitement les personnes potentiellement exposées à la rage et qui approvisionne en vaccins, régulièrement et gratuitement, les 30 centres du Ministère de la Santé publique. De plus l’IPM héberge le Centre national de référence de la rage qui réalise le diagnostic virologique de la rage chez l’homme et l’animal. Le projet couvrira l’achat du vaccin, pour que la prise en charge reste gratuite.

«  Il était inenvisageable que la France avec l’appui de l’AFD ne soutienne pas l’Institut Pasteur de Madagascar durant cette période difficile, qui remet en cause son fonctionnement quotidien et la continuité de ses activités. C’est pourquoi nous avons souhaité qu’au-delà de l’urgence liée à la crise, l’institution soit soutenue dans la réalisation de ses autres missions au bénéfice de la population malagasy », affirme Jérôme Bertrand-Hardy, Directeur de l’agence d’Antananarivo.

Comme l’explique le Pr André Spiegel, Directeur de l’IPM, cette subvention était essentielle pour l’IPM : « Cette initiative de l’AFD va nous permettre d’assurer la continuité de notre mission de santé publique dans le domaine du diagnostic du COVID-19 et de la prise en charge antirabique en appui du Ministère de la santé publique. En effet l’épidémie a eu rapidement un impact négatif sur l’équilibre financier de l’Institut qui remettait en cause sa capacité d’acquérir le vaccin rabique nécessaire. De plus à moyen terme, ce projet permettra de renforcer la sécurité biologique et électrique de notre établissement  ».

La France, à travers l’AFD, avait déjà octroyé à cinq Instituts Pasteur d’Afrique et de l’Océan Indien un premier financement d’urgence en avril 2020, dans le cadre de son initiative mondiale « Santé en Commun ». L’Institut Pasteur de Madagascar avait à cette occasion bénéficié d’un apport de 1,720 milliard d’ariary (430 000 euros) pour l’acquisition rapide de réactifs et de consommables, notamment des kits de prélèvements liés aux analyses du Covid-19.

Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse en cliquant ici.

JPEG

JPEG

Dernière modification : 27/07/2020

Haut de page